Liturgie

 

Accueil.html

Les célébrations liturgiques du carême 2010 à la paroisse Saint-Sixte


Signification du symbole visuel du Carême 

un "inukshuk" surmonté d’une croix


L’inukshuk est un terme inuktituk qui veut dire « ce qui a la capacité d’agir comme un être humain ». Par extension, ce mot a désigné avec le temps une construction de pierres adoptant une forme humaine. Les voyageurs les utilisent comme points de repère directionnels. Tout en indiquant la meilleure route à suivre, ils sont aussi le symbole de force, d’indépendance, de bienvenue, d’amitié, d’espoir et d’accueil fraternel. Il pose dans le paysage désertique de l’Arctique un signe de fraternité, de solidarité et d’entraide. C’est sans doute la raison pour laquelle on a choisi l’inukshuk comme symbole des présents Jeux Olympiques de Vancouver. Sa construction résulte du travail d’un groupe dont l’objectif commun est de laisser un héritage aux générations à venir.


Durant notre carême 2010, avec la croix qui le surplombe, il évoquera la rencontre de Dieu et de l’être humain, l’alliance. Dieu est venu en Jésus nous rendre plus humains pour sauver notre humanité défigurée. Devenir plus humain, c’est notre objectif de carême. C’est pourquoi, sur lui et autour de lui, nous déposerons quelques symboles des évangiles des dimanches de carême comme autant d’inukshuk, des points de repère sur notre route désertique.


Voici quelques photos montrant comment l’Inukshuk de la paroisse Saint-Sixte a évolué chaque dimanche du carême 2010.


Dimanche le 21 février 2010 : 1er dimanche du carême


La tentation de Jésus


L’Inukshuk et le Livre de la Parole


La Parole est un repère pour nous

comme pour Jésus au désert!


                   Dimanche le 28 février 2010 : 2e dimanche du carême


La transfiguration


L’Inukshuk s’éclaire au moment où il est dit : Pendant qu`il priait, son visage apparut tout autre …


Sur la route de carême, Jésus se présente

comme notre Lumière!


Dimanche le 7 mars 2010 : 3e dimanche du carême



La confiance de Dieu dans nos possibilités


Dépôt d’un  bouquet de branches sans feuille dans le vase près de l’Inukshuk.


Dans notre marche vers Pâques,

Dieu nous redit sa patience à notre égard,

comme le vigneron qui a confiance

que son figuier parviendra à produire des fruits!


Dimanche le 14 mars 2010 : 4e dimanche du carême


La confiance du Père en son Fils … en nous


Le cœur placé sur la table au centre de l’Église est apporté

ostensiblement près de l’Inukshuk et est placé sur le visuel.


Sur la route de Pâques, nous rencontrons l’Amour du Père,

quoique nous fassions : Il nous attend et nous accueille à bras ouverts!



Est-il plus beau portrait de Dieu que cette parabole du fils pardonné et du père miséricordieux? La caractéristique même de Dieu, sa marque de commerce, c’est d’être remué, bouleversé par ce que nous sommes et ce que nous devenons.  Il n’a qu’un désir : nous avoir près de lui.  Il est toujours prêt à nous faire confiance … malgré tout … Il est pur-don … par-don.



Dimanche le 21 mars 2010 : 5e dimanche du carême       


La confiance de Dieu dans le pécheur




Jésus, comme son Père, reste ouvert au dialogue, à la vérité, au pardon. Notre passé avec Dieu reste une garantie pour notre avenir; il s’engage à ouvrir les bras et le cœur, à nous faire confiance pour réveiller ce qu’il y a de meilleur en nous,

"Je ne te condamne pas " - avec habileté, Jésus déjoue les plans des accusateurs de la femme adultère. En la tirant des griffes de ceux qui veulent la lapider, Jésus veut lui donner envie d’une vie nouvelle, libre de ses penchants mauvais et éblouie par la miséricorde!


Sur la route de Pâques, nous rencontrons  sans cesse l’Amour du Père,

quelle que soit notre indignité : Il nous permet de l’approcher pour nous faire pardonner!