Orgue de l’église Saint-Hippolyte

 

Accueil.html

Romance et Révolution sur la musique du spectacle Les misérables

Grandiose et émouvant



La réunion de l’Orchestre Philarmonique Équitable, des Productions Coracole (spécialisé en comédie musicale) et du chœur La Boîte Vocale réussit à présenter un spectacle imposant et poignant basé sur la comédie musicale Les Misérables. Présenté en alternance en français et en anglais durant le mois de mai, j’ai eu la chance de voir vendredi la version francophone. La version anglophone sera abordée la semaine prochaine dans un autre article. Avec 31 chanteurs, 28 musiciens et un ensemble de 18 choristes, cette production présente une version concert avec quelques mises en scène simples et une centaine de costumes pour aider le spectateur à bien suivre l’épopée. La comédie musicale Les Misérables a été écrite par Alain Boublil et Jean-Marc Natel (paroles) et Claude-Michel Schönberg (musique), basée sur l’œuvre originale de Victor Hugo. C’est sûrement une des plus grandes comédies musicales en plus d’avoir été jouée plus de 7000 fois sur Broadway. En s’attaquant à ce chef d’œuvre ces producteurs présentent un spectacle musical de qualité avec beaucoup d’émotions.

Sur des thèmes de justice sociale et de passion, l’histoire se déroule en France au début 19e siècle tout juste avant la grande révolution française. S’inspirant des faits de l’époque qui donnent au récit un sens plus réel, les personnages tournent autour de Jean Valjean à sa sortie de prison dix-neuf ans après avoir volé un pain pour nourrir sa famille. Le policier Javert qui se résigne à le libérer après sa peine sera son ennemi juré tout au long du récit. Huit ans plus tard, Valjean devenu maire réussit à sauver une ouvrière Fantine qui meurt de ses blessures. Lui ayant promis de prendre soin de sa petite fille Cosette, il la sauve d’un couple d’aubergiste (les Thénardier) qui la méprisait et profitait d’elle. Neuf ans plus tard Cosette est une belle jeune fille vivant avec son père adoptif Valjean à Paris. Marius et ses amis révolutionnaires (dont Enjolras et le gamin Gavroche) préparent l’insurection. Le coup de foudre entre Marius et Cosette bouleverse Éponine qui s’est amourachée de Marius. Après deux attaques la plupart des révolutionnaires sont morts ou blessés dont Marius qui est sauvé par Valjean. Javert ayant aussi été sauvé par Valjean ira jusqu’à se suicider suite à son incompréhension et de sa foi en la justice qui lui semble maintenant une erreur. Valjean quitte et prend sa retraite pour laisser Cosette épouser Marius. La scène finale a lieu à la mort de Valjean et réunit Marius et Cosette qui reçoivent sa confession, accompagnés des fantômes du passé.

Les trois groupes qui composent les interprètes sont des bénévoles passionnés de musique et de performance, et ils sont tous pleins de talents. Les interprètes de ce spectacle sont tous excellents soit vocalement en chant ou en jeu et parfois dans les deux champs d’expertise. Mais c’est la somme de tous leurs talents qui fait que l’ensemble est grandiose et plein d’émotions, tout en démontrant une musicalité accomplie.

Le ton du spectacle est donné par un interprète en costume de prisonnier qui introduit l’époque et demande sarcastiquement de fermer nos petits boîtes qui font du bruit (cellulaires). L’orchestre interprète ensuite une pièce musicale (au début de chaque acte) comme ouverture. Les chanteurs se placent à l’avant de la scène avec l’orchestre derrière eux et les chansons de la comédie musicale s’enchaînent. Les Misérables est une comédie musicale entièrement chantée sans dialogue. Les mélodies et les thèmes sont bien connus et très bien interprétés par l’orchestre et les chanteurs. Une mise en scène bien simple appuyée par de superbes costumes complète l’effet spectaculaire. Pour mettre le spectateur en contexte des projections sont utilisées derrière la scène.

Tous les interprètes, du plus petit rôle au rôle principal réussissent leur pari de nous en mettre plein la vue. À commencer par les rôles principaux dont Kenny Stein qui a le physique d’un jeune Valjean avec une belle voix juste, profonde et chaude. Il chante avec beaucoup de nuances et ses aigues en voix de poitrine sont puissants. Seuls bémols sont son accent qui nous fait perdre quelques mots à l’occasion et son falsetto (voix de tête aigue masculine) qui perd en justesse. David Dolan (Javert) chante aussi une partition complexe, toujours juste et qui sait raconter une histoire. Certaines chansons qui demandent d’être lyriques sont plus parlées que chantées ce qui nous laisse parfois sur notre faim. Leur duo “La Confrontation” chanté en contrepoint constitue un des meilleurs moments du spectacle.

Monsieur et Madame Thénardier interprétés par Sylvain Millette et Marie-Josée Corneau sont drôles et cyniques avec une pointe sinistre. Même si le jeu est leur force, leurs chansons sont vocalement très bien interprétées et appréciées du public. Laurence Hémond Cusack (Fantine) sait jouer avec les nuances de sa voix expressive et un beau vibrato naturel. Elle possède une puissance dans sa voix de poitrine et joue avec ses nuances vocales malgré qu’on aurait aimé entendre plus sa voix de tête. La petite Cosette jouée par Casey Tucker (8 ans) est très naturelle dans ce rôle et elle est adorable quand elle chante son solo “Un château dans les nuages”.

Coralie Heiler (Cosette) et Robert Falby (Marius) forment un duo qui brille pour leur performance vocale. Coralie Heiler est une soprano avec une voix claire et limpide, qui peut jouer avec les nuances et les textures vocales. Elle atteint un contre-do dans “Chaque jour” avec grande facilité et c’est très agréable de l’entendre chanter ce rôle. Robert Falby n’est pas en reste avec une voix chaude, puissante et agile dans tous les registres. Sa chanson “Seul devant ces tables vides” est émouvante. Catherine Leroux (Éponine) livre ses chansons avec une voix expressive et nuancée, surtout dans sa chanson “Un peu de sang qui pleure” très touchante. Michael K N R (Enjolras) et les autres révolutionnaires sont tous vocalement très bons. On a des frissons quand Enjolras entonne “Lamarque est mort”. Le jeune Gavroche joué par Madison Tucker (11 ans) impressionne avec sa voix énergique et juste, très crédible en jeune garçon espiègle.

Cette version de la comédie musicale Les Misérables plaira à tous, des amateurs de grande musique aux passionnés de comédie musicale en passant par toute la famille qui ne peux que s’émouvoir d’entendre un spectacle aussi grandiose. Le spectateur en obtient beaucoup pour le prix de son billet et encore plus si on considère que c’est une version concert. L’orchestre est excellent et rend justice aux partitions, mais l’ajout au spectacle des chanteurs des Productions Coracole et du choeur de la Boîte vocale produit un effet monumental. Après 3 h 25 de spectacle (entracte de 20 minutes inclus) les applaudissements fournis de la fin sont tout à fait mérités.

Les bons coups: grand orchestre qui rend justice aux partitions, belles voix chantées, rythme de l’histoire, costumes

Équipe de création: Coralie Heiler (production, direction artistique et mise en scène), André Gauthier (chef d’orchestre), Marc Deslandes (direction vocale), Fédéric Vogel (direction des choeurs).

Chanteurs: Kenny Stein (Valjean), David Dolan (Javert), Robert Falby (Marius), Michael K N R (Enjolras), Sylvain Millette (Thénardier), Laurence Hémond Cusack (Fantine), Catherine Leroux (Éponine), Coralie Heiler (Cosette), Marie-Josée Corneau (Madame Thénardier), Casey Tucker (Petite Cosette), Madison Tucker (Gavroche), Vincent Soumoy (Évêque), Simon Côté (Contremaître), Marc Deslandes, Marc Ducussin, Irina Ghitulescu, Peter Giser, Philippe Gobeille, Francis Jacques, Adam D. Koren, Sophia Kotsiopoulos, Jean-Sebastien Lavoie, Jean-François Morency, Ingunn Omholt, Camille Renaud, Gustave Richard, Alisha Ruiss, Keven Sonesaksith-Keohavong, Cristine Toca, Stefania Vetere, Vikki Walker.

Orchestre: Jessyca Pitt, Kathrine Rivière, Valérie Aubin, Anne-Marie Desautels, Mathieu Boucher, François Préfontaine, Jérôme-Manuel Roy, Vanessa Ascher, Roxanne Dejou, Maude Lalumière, Francis Lehoux, Kyle David, Patrice Munier, Antonio Pisano, Richard Savignac, Simon Loiseau, Katrine Delorme, Joey McLaughlin, Elyse Matte, Nicolas Lapointe, Virginie Soumoy-Cambon, Maxime Larochelle, Jean-François Morin, Julie Latullippe, Philippe Bibeau, Julie Caron, Sébastien Dubeau, Raquel Bontempo.

Choeur: Nathalie Germain, Georgina Smith, Nadine Laperrière, Anne-Sophie Armand, Aline Pinsonneault, Marie Doyon, Claire Jacques, Natalie Gagné, Josianne Paradis, Marie-Andrée Rodrigue, Anne-Marie Pollak, Éric Bolduc, Éric Lamarche, Frédéric Therrien, Denis Richard, Frédéric Vogel, Jean-Philippe Godard, Maxime Blackburn-Boulianne.

Le spectacle “Romance et Révolution: La musique des Misérables et plus” est présenté dans les 2 langues avec des interprètes différents dans les rôles principaux.

En français:
Le 2 mai 2014 à 19 h 30 au Théâtre Marcellin-Champagnat, 275 rue Laval, Laval
Le 25 mai 2014 à 15 h à la Salle Émile Legault, 613 avenue Sainte-Croix, Ville-Saint-Laurent

En anglais:
Le 11 mai 2014 à 15 h au théâtre Mirella et Lino Saputo, 8350, boulevard Lacordaire, Montréal (St-Léonard)
Le 24 mai 2014 à 19 h 30 à la Salle Émile Legault, 613, avenue Sainte-Croix, Ville-Saint-Laurent

Billets: Adultes 35 $, Enfants de moins de 12 ans 28 $
Pour réservations 514 685-5093 ou sur les liens de billetteries en ligne au http://www.productionscoracole.com

Critique de Daniel Ouimet, Webzine culturel, le 4 mai 2014


http://info-culture.biz/2014/05/04/romance-et-revolution-sur-la-musique-du-spectacle-les-miserables-grandiose-et-emouvant/#.U2brXYFdWf5

Photos: Vladimir Svetlik, Carole Lyne Martin et Nicole Heiler.