La popote roulante Saint-Joseph de la paroisse de Saint-Laurent

 


La Popote roulante est un service offert par des bénévoles aux aîné(e)s et aux personnes en perte d’autonomie, temporaire ou permanente.  Ce service a fêté ses 30 ans en 2011.  La photo ci-haut présente la présidente fondatrice, Madame Béatrice Valade et le Père Georges-Émile Boudreault, curé de la paroisse Saint-Laurent, instigateur de ce projet.


Le service consiste à offrir des repas chauds, livrés à domicile aux personnes ayant besoin d’un appui leur permettant de demeurer chez elles plutôt qu’en résidence ou en institution. Il s’agit donc de privilégier leur indépendance et de les soutenir dans leur volonté de demeurer dans leur environnement le plus longtemps possible. Le service est donc un complément essentiel au maintien à domicile de ces personnes.


La Popote roulante assure non seulement la livraison de repas chauds, mais aussi la visite régulière d’un bénévole impliqué et engagé qui prend l’intérêt des bénéficiaires à cœur! Environ 300 groupes sont à l’œuvre au Québec, offrant une aide tangible aux milliers de leurs concitoyens vivant une situation de perte d’autonomie.


Bref historique


Durant la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni fut l’un des premiers pays les plus touchés par les pertes de vie et les dégâts causés par les multiples bombardements. Pour aider la population à surmonter les nombreuses difficultés inhérentes à cette situation, le Women Voluntary Service (WVS) fut formé. Un de ses principaux mandats fut l’organisation de services alimentaires d’urgence.

À la fin des hostilités, le gouvernement demande au WVS de poursuivre son œuvre auprès des prisonniers et des aînés. Ainsi, en 1947, les premières popotes roulantes sont livrées.

En 1954, la Popote traverse l’Atlantique par l’entremise d’un étudiant britannique venu étudier à Philadelphie. Et, au Québec, grâce à la collaboration de l’Ordre de Victoria (infirmières), du Centre d’Action bénévole de Montréal et de plusieurs dévoués bénévoles, la première popote roulante a vu le jour à Montréal (église Saint-Mathias, Westmount). 

La popote roulante Saint-Joseph de la paroisse de Saint-Laurent a été mise sur pied en mai 1981 par Madame Béatrice Valade. Au début, les repas étaient préparés à l’Hôpital Notre-Dame-de-L’Espérance qui est aujourd’hui le site du CHSLD.


Au fil des années, la Popote a su s’adapter à la demande croissante et aux changements sociaux et économiques. Le changement majeur concerne la préparation des aliments : un bon nombre d’organismes collaborent avec divers fournisseurs pour la réalisation de ces tâches. Ce qui demeure incontournable dans la mise en œuvre d’un tel projet, c’est la participation de milliers de bénévoles et ceux-ci représentent la pierre angulaire des Popotes roulantes.


Fonctionnement  de la Popote roulante Saint-Joseph de la paroisse Saint-Laurent


Les bénéficiaires sont habituellement référés par le CLSC, ainsi que par des médecins, des infirmières et autres intervenants en mesure d’évaluer les besoins: ceux des personnes en convalescence, des aidants naturels qui apprécient un dépannage occasionnel, des personnes âgées ou malades qui comptent vraiment sur ce service deux fois par semaine. Il est à noter que la Popote roulante reçoit aussi les demandes provenant des bénéficiaires eux-mêmes.


Besoin constant de bénévoles


À Saint-Laurent, nous sommes sans cesse à la recherche de bénévoles pour rendre cet important service à notre communauté. Nous avons particulièrement besoin de cuisiniers/cuisinières, d’aide-cuisiniers/cuisinières, de chauffeur(e)s et de baladeurs/baladeuses. Ce bénévolat requiert trois (3) heures de votre temps, une fois aux trois semaines.

Nos services sont offerts deux fois par semaine (mardi et vendredi) et nous travaillons à la Salle Saint-Joseph, 775, avenue Sainte-Croix (paroisse Saint-Laurent).


Pour tous renseignements concernant le service de repas chauds livrés à domicile ou l’offre de bénévolat, veuillez communiquer avec Mme Solange Savard au 514 335-9928


Voici un article paru le 14 juin 1986 dans le magazine Le Lundi.













































Accueil.html